Cinéma et campagne électorale

Vendredi 20 janvier 2012, le CNC avait réuni les signataires de l’accord interprofessionnel du 6 juillet 2009, ainsi que trois non-signataires (ARP, SACD et Free).

Contrairement à ce d’aucuns écriront peut-être ou penseront sûrement, la réunion fut chaleureuse et constructive.

Pascal Rogard était quand même impatient.

Le CNC a montré de charmantes statistiques. On pouvait constater que l’un des objectifs politiques fondamentaux recherchés par le Législateur était largement atteint: les films que les gens veulent voir sont visibles plus tôt qu’avant. Ils sortent plus tôt en DVD, et plus tôt en VOD. Paradoxalement, les films à faibles entrées sortent plus tard ou pas du tout en Video et en VOD.

Aucun des signataires n’a voulu dénoncer l’accord du 6 juillet 2009. Mais tous les participants, signataires ou non-signataires, se sont montrés ouverts à discuter d’assouplissements sur la VAD et la VADA. On a même demandé au CNC de fournir des statistiques plus précises pour évaluer les options posées sur la table.

Pascal Rogard (SACD) a rappelé combien la chronologie des médias était importante pour financer l’exception culturelle. Florence Gastaud (ARP) a fait de même. Tout le monde  a fait de même.

Tous ont fait le lien, évident, entre la chronologie et les obligations sur laquelle elle repose. La chronologie, en France comme ailleurs, est toujours proportionnée aux prix des fenêtres qui la composent.

Certains, nombreux, étaient énervés par l’intervention radio d’une femme politique.

Prochain RDV dans un mois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s