L’offre légale en ligne, « seulement » 7200 films en VàD payante…

Le CNC nous a donné ses derniers chiffres relatifs à la VàD en France, obtenus via GKF-Conseil. Bizarrement, iTunes France n’est toujours pas mesuré parmi les « références actives en vidéo à la demande » représentatives du marché… Le périmètre de l’analyse est donc réduit à 8 opérateurs dont le nôtre (CANALPLAY).

Passons…

A celles et ceux qui ronchonnent encore que l’offre est « insuffisante » (*), voici donc quelques données pour rassurer leur goinfrerie d’images cinématographiques:

  • 28.728 programmes disponibles à fin mars 2012
  • dont un quart de film, soit plus de 7.200 titres disponibles.
  • Sur l’ensemble de l’année 2011, le CNC recense 9.085 proposés en VàD, récents ou de catalogue.

43% de ces films n’étaient disponibles que dans une boutique: une exclusivité de fait. A peine 20% étaient disponibles sur 4 plates-formes en même temps.

Il y a davantage de films américains disponibles que de films français: 3300 contre 2000.

Chaque mois, les opérateurs « rafraîchissent » d’environ 170 nouveaux films français et 250 nouveaux titres américains leur inventaire. L’étude ne précise pas combien de films « disparaissent ». Ces données mélangent nouveautés et catalogues.

Le chiffre d’affaire de la VàD est estimé à 220 millions d’euros (films+séries+adultes), réalisé à 70% par ipTV. Cette information est capitale, car l’ipTV a ses contraintes d’ergonomie que l’OTT n’a pas. Et le développement de l’ipTV est l’une des différences fondamentales que nous avons avec le marché US.

Les films français pèsent pour 28 millions de recettes. Les films américains, 53 millions.

Ces 220 millions d’euros correspondent à peine à 20% de ce que représentait la Vidéo (vente et location) il y a 10 ans. En revanche, cela représente déjà 38 millions d’actes de téléchargements/visionnages (à 78% via ipTV). Un volume plus que significatif.

La location s’est faite à 4,5 euros le titre en moyenne (4,3 euros pour un film); la vente à 8,8 euros.

 

 

 

 

 

 

(*) j’ai même reçu un Tweet d’un camarade de jeu s’indignant qu’il y avait quand même 1,4 million de films référencés dans Imdb…

3 commentaires

  1. VàD … ou comment pigeonner l’acheteur final.

    Pour moins cher (et de loin), l’offre légal de location au format physique (la bonne vieille location, quoi que maintenant avec internet c’est livré en 24 heures @home) est supérieur techniquement : format Blu-ray, donc le top de la qualité d’image disponible à l’heure actuelle, mais surtout du son multicanaux (bien souvent en hd lui aussi) et aussi les bonus !

    Pire, avec les séries, disons une série de 10 épisodes : bien souvent l’achat du DVD voire même du Blu-ray est au même prix et ne parlons pas des soldes/promos/occasion …
    Fonctionne également avec les films sortis en DVD > 6 mois.

    La VàD c’est bien pour remplir les poches de ceux qu’on ne prononcera pas ici.
    50% minimum du tarif, la VàD ne vaut pas un cent de plus surtout avec les coûts que représente la VàD.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s