La Cité du Cinéma contre les délocalisations ?

On ne connaitra que plus tard, ou jamais, comment cette Cité du Cinéma fut rendu possible. Hier soir, Luc Besson recevait quelque 300 invités pour l’inauguration des lieux.

J’avais eu la chance d’une visite préalable: neuf studios, dont l’un actuellement occupé par le tournage des intérieurs du film Malavita, avec Robert de Niro; un hall immense, la nouvelle école de Besson, l’institut Louis Lumière, des bureaux loués à des producteurs indépendants, le siège d’EuropaCorp…

Si l’on oubliait la température – presque glaciale -, nous pouvions nous croire sur le lot de la Warner ou de la Paramount.

L’enjeu est d’abord industriel. Trop de tournages se délocalisent à l’étranger. En particulier en Belgique ou au Luxembourg. Le dumping fiscal de ces voisins est ahurissant.

—-

Et si les chaînes de télévision préachetaient moins cher ces films français qui se délocalisent ? La mesure fera froid dans le dos à quelques-uns du métier. Mais après tout, il est quand même paradoxal que notre système national, si vertueux pour financer plus ou moins complètement jusqu’à 200 films par an, soit incapable d’imaginer quelque coercition contre une telle concurrence déloyale.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s