Exposer mieux pour financer mieux. Ou vice-versa

Lors des Assises de l’Audiovisuel de ce début de semaine, Emmanuel Gabla, conseiller du CSA, a évoqué une idée qui trotte dans la tête de quelques-uns des professionnels du secteur…

“Est-ce que ces fournisseurs de contenus [NDR: diffuseurs historiques et SMAD nationaux] ne doivent pas être assurés d’être vraiment reçus, peut-être de manière un peu différente de ceux qui n’y contribuent pas du tout ?”

L’enjeu est simple: les obligations d’acquisitions (et/ou de financement) et d’exposition des oeuvres françaises ne s’appliquent (malheureusement) qu’aux opérateurs locaux (chaînes de TV, services de VOD ou de SVOD). Ces derniers luttent et vont devoir lutter davantage pour conserver leur place dans les mosaïques d’accueil des FAI et autres plates-formes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s