SVOD: les 7 questions qu’ils n’ont pas posées

Agitation commerciale oblige, rarement avons-nous eu autant de commentaires, professionnels ou amateurs, sur le marché de la video à la demande par abonnement.

Et pourtant, voici 7 questions peu ou jamais posées.

1. Dans quelles conditions économiques peut-on dépenser 1 à 2 millions d’euros par programme dans une offre à bas prix  et large profondeur ?

2. Quelle est la part d’audience des services à la demande, c’est-à-dire la durée d’écoute en ligne, par rapport à celle des télévisions traditionnelles ?

3. Le piratage des oeuvres intervient-il plutôt sur des oeuvres inédites ou sur du catalogue ancien  ? Sur des oeuvres connues/attendues ou sur des oeuvres méconnues ?

4. Quel est l’âge réel des « consommateurs » de SVOD ?

5. Quels sont les impacts de la recommandation pour les créateurs ? Le concept de ligne éditoriale a-t-il encore un sens ? La « surprise culturelle » a-t-elle vocation à succomber sous l’assaut des algorithmes ? Les programmes peu regardés ou peu attendus ont-ils vocation à disparaître ?

6. La promesse d’expérience unique est-elle compatible avec l’hétérogénéité des supports de réception ?

7. En quoi les super-marchés numériques généralistes sont-ils la bonne réponse à l’individualisation croissante des exigences numériques de nos concitoyens ?

 

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s