Le cinéma est-il en passe de devenir une « commodité » ?

« In economics, a commodity is the generic term for any marketable item produced to satisfy wants or needs. Economic commodities comprise goods and services.

The more specific meaning of the term commodity is applied to goods only. It is used to describe a class of goods for which there is demand, but which is supplied without qualitative differentiation across a market. »

Source: Wikipedia

Plusieurs tendances, certaines brutales, forcent-elles les films au statut de « commodité », un bien de consommation comme un autre, où la différenciation qualitative ne compterait plus ?

  • La notion d’exclusivité (temporelle) est remise en cause: elle n’était plus un paramètre déterminant pour le lancement des sites de SVOD low-cost. La position exprimées par certains commentateurs émérites voire par la Régulation va dans ce sens: non-exclusivité des chaînes de cinéma, des services de cinéma, de l’exposition des films eux-même.
  • La cinéphilie se perdrait, au point de dévaloriser des catalogues entiers. Le volume écrase la valeur.
  • Le piratage rendrait plus rapidement obsolète le cinéma, déconnectant les spectateurs de l’oeuvre qu’ils regardent.
  • Une fraction du public voudrait des films en grande quantité, en accès facile et peu cher. Un comportement de goinfre « commodity-compatible »

J’écris au conditionnel. Ou pas.

Si cette évolution se confirme, elle aura des conséquences sur notre cinéma national (et européen) décisives.

3 commentaires

  1. MA bonjour!
    Je viens de lire ton post et malheureusement je suis d’accord avec ton analyse même si elle est au conditionnel. Regardons ce qui c’est passé aux USA: la valeur, la notion d’exclusivité à cessé d’être sur le cinéma sur les chaînes premiums depuis des années. À part les « tentpoles » et autres évenements accompagnés de marketing globale, le cinéma est devenue une commodité laissant place aux séries. Pour attirer les abonnés des chaînes premiums les films sont le bruit de fond, le stock de base, mais la différentiation et la valeur est sur l’exclusivité donc les séries. Le sport est encore un autre élément de changement de paradigme, HBO à vécu ça dans les années fin 90 et 2000 et a su réagir lorsque le foot est partie chez ESPN et les films partout ailleurs. La fiction originale. La même chose s’est passée pour la musique, MTV fait des programmes de TV réalité pour leur démographique. Tout ça pour dire que le cinéma est important, tout le monde en veut (surtout la douzaine de succès), mais la valeur à changé. Elle changera encore dès que les fenêtres changeront et qu’un BeInCiné arrivera.
    Mais la France met une décennie pour réagir…pendant ce temps on va aller en salle.
    AxB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s